Qu’est ce que la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) ?

La responsabilité sociétale des entreprises concerne toutes les entreprises (TPE PME, ETI ou encore Groupe) à tout moment de leur vie, notamment depuis l’intégration de la loi Pacte dans le Code civil français. 

Une définition officielle de la RSE

La Commission Européenne définit la RSE comme la « responsabilité des entreprises vis-à-vis des effets qu’elles exercent sur la société ». C’est un concept selon lequel les organisations s’engagent à équilibrer et à améliorer leurs impacts environnementaux et sociaux sans nuire à leurs performances économiques.

Depuis la loi Pacte en 2019, la France a intégré cette notion dans le code civil, en amendant l’article 1833 de la sorte : « La société est gérée dans son intérêt social, en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité ». Ainsi, une entreprise doit donc non seulement se soucier de sa rentabilité et de sa croissance, mais aussi être plus attentive aux préoccupations de toutes ses parties prenantes. En autre terme, l’entreprise agit pour le bien commun en allant au-delà des seules obligations juridiques en la matière.

L’entreprise qui déploie une démarche de RSE va donc chercher à développer des pratiques plus éthiques et plus durables dans son mode de fonctionnement de façon à contribuer aux enjeux de développement durable. Elle va viser à la fois de réduire les conséquences négatives de ses activités sur la société et à en améliorer les conséquences positives.

La RSE a un rôle de plus en plus important dans les organisations car l’enjeu de conformité aux attentes de la société grandit. Outre les consommateurs, les clients, les banques et les collectivités publiques sont aussi de plus en plus en demande de comprendre comment une entreprise met en œuvre la RSE dans ses activités quotidiennes et l’intègrent donc dans leurs appels d’offre publics ou privés.

Concrètement, qu’est-ce que la RSE ?

L’entreprise va intégrer dans les décisions qui touchent son modèle économique, des critères non financiers.

Voici quelques exemples d’actions « RSE » dans une entreprise :

  • Ne plus acheter des fournitures en regardant seulement le prix ou le rapport qualité/prix mais en vérifiant la part de matières recyclées, la provenance des produits…
  • Mettre en place une politique voyages professionnels qui privilégie le train et interdit l’avion pour toute destination accessible par train
  • S’assurer que l’égalité hommes-femmes est respectée au niveau des salaires d’embauche et dans les promotions grâce à des critères objectifs
  • Promouvoir les mobilités durables auprès de ses salariés

Chacun de ces exemples montrent que les décisions prises sur les différents sujets cités s’attachent à prendre en compte des critères additionnels (environnementaux, sociaux, éthiques ou liés aux droits de l’homme …) à ceux strictement financiers.

La RSE et le greenwashing

On constate quelques déviances dans l’utilisation qui est faite de la RSE :

1/ La RSE est rarement reliée à une véritable intention stratégique et des questionnements profonds pouvant remettre en cause le bien-fondé ou le modèle économique de l’entreprise. Elle est souvent mise en place en parallèle des activités de l’entreprise sans être intégrée à la stratégie ou est souvent réduite à des opérations de mécénat ou sponsoring.

2/ La finalité de la RSEl’atteinte d’un objectif de bien commun – est souvent oubliée au profit des moyens qui sont mis en œuvre. Par exemple, le seul fait que l’entreprise crée de l’activité, des « richesses » et de l’emploi contribue à l’intérêt général sans s’interroger sur le bien-fondé de ces richesses et l’utilité sociale de leur création.

3/ La RSE se transforme en récit utilisé avant tout comme un moyen de communication ; car la communication des pratiques est un des aspects essentiels de la RSE mais est très souvent décorrélé d’éléments tangibles et probants. Communication ou « greenwashing »: la frontière entre les deux est parfois très fine.

Article rédigé par Caroline BAILLY – Responsable de Mission RSE, Endrix.

Partager cet article

Besoin d’un accompagnement ?
N’hésitez pas à nous contacter

Continuer sur la même thématique

Les actus Endrix
JIMIBOX
23 novembre 2022
Quelques mois après avoir créé sa propre équipe Avocats, et un an après son rebranding intégral, Endrix annonce son partenariat avec le spécialiste de la cybersécurité : PDG-IT.
RSE
reporting extra financier
22 novembre 2022
Les Etats Membres de l’Union Européenne ont trouvé un accord  pour la publication d’un reporting extra-financier par les entreprises (reporting de durabilité). Des nouvelles réglementations sont à prévoir, notamment pour les ETI.  Pour appréhender et anticiper les obligations futures de votre ETI, retrouvez le replay de notre webinaire dédié au reporting de durabilité.